スピノザ『エチカ』から

DE LA SERVITURE HUMAINE Chapitre XIII
Mais il y faut de l'art et de la vigilance. Car les hommes sont divers (rares, en effet, sont ceux qui vivent selon le précepte de la raison), et cependant, pour la plupart, envieux, et plus enclins à la vengeance qu'à la Pitié. Et donc, pour supporter chacun avec son tempérament et se retenir d'imiter leurs affects, il faut une singulière puissance d'âme. Et ceux qui, au contraire, s'entendent à critiquer les hommes, à réprouver les vices plutôt qu'enseigner les vertus, et, au liex d'affermir les âmes d'hommes, à les briser, ceux-là sont pénibles et à soi et aux autres; et c'est pourquoi beaucoup, l'âme trop impatiente, et dans un faux zèle de religion, préférèent vivre parmi les bêtes plutôt que parmi les hommes; comme les enfants ou les adolescents qui ne peuvent plus supporter d'une âme égale les réprimandes de leurs parents se réfugient dans le service militaire, préfèrent les inconvénients de la guerre et l'autorité d'un tyran aux avantages domestiques et aux admonestations parentales, et supportent qu'on leur impose n'importe quel fardeau, pourvu qu'ils se vengent de leurs parents.

 

山中に隠棲するといつた生き方は否定してゐた訳だ。
イスラム国に走る若者のやうな人は、スピノザの時代にもゐたらしい。
スピノザ自身が異端として批判されながらも街で暮らしたことなどを思ひ起こすと、彼の理性といふ概念は曖昧だ、といつた形式的な批判は馬鹿馬鹿しくなる。